Comment calculer son impôt sur les revenus fonciers en 2020 ?

Comment calculer ton impôt sur les revenus fonciers ?

J’ai commencé à m’intéresser à l’investissement immobilier en 2012. Je venais de recevoir le bilan des intérêts annuels de mes livrets bancaires. C’était tout à fait modique et je me suis dit que l’immobilier devrait rapporter beaucoup plus.

Après plusieurs visites d’appartements, je me suis demandé comment calculer l’impôt sur une location d’appartement. Le calcul des revenus fonciers n’est pas facile. C’est pourquoi je vais t’expliquer comment calculer ton imposition sur tes revenus locatifs. Quel impôt vas-tu payer sur tes revenus locatifs ?

Le calcul de l’impôt sur les revenus fonciers se décompose en deux étapes. La première consiste à calculer ton revenu foncier imposable. Il y a la méthode dite du micro foncier et le calcul de la fiscalité au régime réel. Une fois que tu as choisi l’une ou l’autre méthode de calcul, tu obtiens ton revenu foncier imposable.

C’est sur le revenu foncier imposable que l’État va appliquer le taux d’imposition sur les revenus fonciers. Le taux d’imposition sur les revenus fonciers comprend l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Tout le calcul des impôts sur tes revenus locatifs n’aura aucun secret pour toi à la fin de cet article. Tu pourras même me poser toutes tes questions dans l’espace « commentaires » ci-dessous.

Pourquoi calculer son impôt sur les revenus fonciers ?

« Prudence est mère de sûreté ». J’aime bien les adages et les dictons car ils révèlent souvent une vérité pleine de bon sens.

Si tu veux investir dans un appartement, tu devrais comprendre et calculer le montant de tes futurs impôts fonciers. En 2012, avant d’acheter mes premiers garages, j’ai cherché à comprendre comment l’État taxe les revenus fonciers.

Il est important de calculer l’impôt sur la location d’un investissement locatif pour éviter des problèmes financiers. Imagine que tu estimes la fiscalité à 2000 € par an. Ton appartement est loué, tu es certain de faire une bonne affaire.

Arrive le mois de mai et tu remplis ta première déclaration d’impôt sur les revenus fonciers. Surprise, le calcul de l’imposition de tes revenus immobiliers est de 3500 €. As-tu 1500 € pour payer cet impôt ? Manifestement, tu ne peux pas augmenter le loyer de l’appartement. Tu ne peux pas non plus arrêter de rembourser ton emprunt.

Quand tu investis dans l’immobilier, tu engages un cycle financier avec ses rentrées et ses dépenses. Si les rentrées sont supérieures aux dépenses, alors cet investissement est très rentable. Il te permet même d’arrondir tes fins de mois. A l’inverse, si les dépenses sont supérieures aux revenus locatifs, alors tu dois utiliser ton épargne pour combler les trous.

Quel impôt sur les revenus locatifs ?

Quelle est la plus grosse dépense pour ton appartement ? Tu pourrais penser que c’est l’emprunt que tu rembourses à la banque, mais c’est faux. En 2020, ce qui coûte le plus cher à l’investisseur immobilier, ce sont les impôts fonciers.

Tu dois donc être très vigilant pour calculer les impôts à payer sur une location d’appartement ou sur tout autre type d’investissement locatif. Un mauvais calcul de l’impôt sur les revenus fonciers peut causer un drame. Plus tu investis massivement dans l’immobilier et plus une erreur peut s’avérer fatale.

Le pire des cas s’appelle le cash squeeze. C’est quand l’investisseur a mal calculer ses impôts sur les revenus locatifs. Les impôts fonciers sont tellement importants que l’investisseur n’arrive plus à les payer. C’est un stress très important et cela cause souvent une revente à perte de l’investissement locatif. Tout cela pour une erreur de calcul dans l’imposition des revenus fonciers.

A l’heure où des simulateurs de revenus fonciers sont facilement disponibles, ce serait dommage d’en arriver là. Tu peux télécharger gratuitement RentaGarage 1, le simulateur de revenu foncier pour les parkings, qui fonctionne aussi pour les appartements.

Calculer l’impôt sur la location d’appartement pour obtenir un prêt

Financer un achat d’appartement à crédit demande un prévisionnel financier. Le calcul de l’impôt sur les revenus fonciers sera scruté par le banquier. C’est un de ses trucs pour juger tes compétences immobilières. Penses-tu qu’un investisseur qui ne sait pas calculer l’impôt sur les revenus fonciers est sérieux ?

Personnellement, je n’investirai pas avec quelqu’un qui ne comprend pas le fonctionnement de la fiscalité sur les revenus immobiliers. Pourquoi une banque ferait-elle confiance à un débutant qui ne sait pas combien d’impôt il va payer sur ses revenus locatifs ?

En cas d’erreur sur le calcul de l’imposition des revenus locatifs, la banque sera en concurrence avec l’État pour capter les revenus de l’investisseur. C’est un risque que la banque ne prendra pas.

Tu l’auras compris, calculer ton imposition sur les revenus fonciers est obligatoire pour réussir tes investissements locatifs.

Calculer le revenu foncier imposable

Comment se calcule l’impôt sur les revenus locatifs ? La première erreur du débutant est de croire que l’État impose directement les revenus locatifs. Par exemple, la location d’un appartement te rapporte 10000 € par an. On pourrait croire que le calcul de l’imposition est le suivant :

Impôt foncier = revenu locatif x taux d’imposition des revenus fonciers.

En fait, quand tu loues un appartement, tu dois payer des charges. Il y a les intérêts de l’emprunt, les charges de copropriété du propriétaire, la taxe foncière, les travaux… Pour que le calcul d’imposition de tes revenus fonciers soit juste, on ne peut pas te taxer sur les dépenses liées à ton appartement.

Tu vas donc déduire ces dépenses de tes revenus locatifs. C’est le calcul du revenu foncier imposable. Le revenu foncier imposable est le chiffre sur lequel les services fiscaux vont appliquer le taux d’imposition.

Le bon calcul de l’impôt sur le revenu foncier est :

impôt foncier = revenu foncier imposable x taux d’imposition des revenus fonciers

calculer le revenu foncier au régime réel et micro foncier

Le calcul micro foncier pour les revenus immobiliers

Pour obtenir le revenu foncier imposable, il y a deux méthodes de calcul. Une simple et une compliquée. La méthode simple est celle du micro foncier. La méthode compliquée pour calculer le revenu foncier est celle du régime réel.

Commençons par le régime micro foncier. Tu peux opter pour celui-ci, si tes revenus locatifs sont inférieurs à 15000 € par an, . Le principe du micro foncier est simple : tu appliques un taux forfaitaire de 30 % sur les revenus locatifs et tu obtiens ton revenu locatif imposable.

Revenu foncier imposable = 70 % des revenus locatifs.

Si tu encaisses 10 000 € de loyers, l’abattement de 30 % correspond à 3000 €. Ton revenu foncier imposable est calculé ainsi : 10000 € – 3000 € = 7000 €. C’est sur cette somme que nous appliquerons le taux d’imposition.

L’abattement micro foncier de 30 % est censé représenter l’ensemble des charges que tu supportes au cours de l’année. Eh oui, les revenus immobiliers s’accompagnent toujours de charges. Être propriétaire immobilier ne crée pas que des rentrées d’argent.

Le calcul du revenu foncier au régime réel

Le calcul des revenus fonciers au régime réel est un peu plus compliqué que celui du micro foncier. En effet, qui dit régime réel, dit que tu peux oublier le taux unique d’abattement à 30 %. Pour calculer le revenu foncier imposable, nous allons déduire les charges que tu as réellement supportées au cours de l’année.

En clair, tu vas devoir rassembler toutes les factures liées à ton investissement immobilier. Je te conseille d’ouvrir un classeur par investissement où tu rangeras les baux, les contrats de prêt, les factures et tous les documents relatifs à cet investissement.

Au moment de la déclaration d’impôt sur le revenu, tu ressors ton classeur à la recherche de toutes les factures que tu as payées l’année passée. Malheureusement, tu ne peux pas déduire toutes ces factures de tes revenus immobiliers. La plupart sont déductibles de tes revenus fonciers, mais pas toutes. Ce régime réel de calcul de l’impôt foncier serait trop avantageux.

Pour simplifier, disons que tous les travaux d’entretien courant sont déductibles, ainsi que les charges directes de copropriété et d’impôts locaux. On doit donc exclure les travaux exceptionnels comme la démolition ou la construction.

Le calcul du revenu foncier imposable au régime réel est le suivant :

Revenu foncier imposable = revenus locatifs – charges déductibles au régime réel

Pour le même appartement qui rapporte 10000 € par an, la taxe foncière est de 2000 €. Les charges de copropriété non récupérables auprès du locataire sont de 400 €. Les intérêts de l’emprunt sont de 1200 €. Tu as payé un plombier et un électricien pour quelques réparations. Ils ont facturés 500 € chacun. Le total des charges déductibles est de 2000 + 400 + 1200 + 500 + 500 = 4600 €.

Le calcul du revenu foncier imposable au régime réel est de 10000 – 4600 = 5400 €. C’est sur cette base que nous allons appliquer le taux d’imposition sur les revenus fonciers.

Quel calcul retenir pour le revenu foncier imposable ?

Maintenant que tu connais la méthode de calcul des régimes micro foncier et réel des revenus fonciers imposables, tu sais que l’un des deux régimes est plus intéressant que l’autre.

Si tu investis dans des parkings ou des garages, il n’y a pas ou très peu de charges. Quelque chose qui n’existe pas ne peut pas tomber en panne. Il n’y a pas de chauffage, de plomberie ou d’électricité pour nous causer des soucis. En conséquence, il reste seulement la taxe foncière et les charges de copropriété à la charge du propriétaire. Souvent, ce sera le calcul du micro foncier qui donnera le revenu foncier imposable le plus faible. Acheter un parking pour le louer implique de payer quelques impôts.

Eh oui, pour diminuer le montant de tes impôts fonciers, il faut que ton revenu foncier imposable soit le plus faible possible. Mieux, si ton revenu foncier imposable est égal à zéro, alors tu ne paieras pas d’impôt sur le revenu sur les loyers de ton immobilier. Encore meilleur, si le revenu foncier imposable est négatif, alors tu peux réduire l’ensemble de ton impôt sur le revenu. C’est le mécanisme de la défiscalisation.

Comment avoir un revenu imposable nul ou négatif en micro foncier ? Ce n’est tout simplement pas possible. L’abattement de 30 % ne permet jamais d’arriver à un revenu locatif imposable nul. Le seul moyen est d’utiliser le calcul du régime réel.

De toute façon, dès que tu commences à investir sérieusement dans l’immobilier, tu dépasses rapidement les 15000 € de loyer annuels et tu n’as plus le droit de déclarer tes revenus fonciers en mode micro.

Pour le calcul de l’impôt pour un appartement au régime réel, il faut cumuler toutes les charges déductibles, sans se tromper. Dans notre exemple, le revenu imposable sur l’appartement au régime réel est de 5400 € contre 7000 € au micro foncier. L’investisseur aura tout intérêt à choisir le régime réel pour réduire ses impôts immobiliers.

Maintenant que les calculs des régimes micro foncier et réel n’ont plus de secrets pour toi, voyons le taux d’imposition sur les revenus fonciers.

Le taux d’imposition sur les revenus fonciers

Depuis 2012 où j’ai acheté mon premier lot de quatre garages, les méthodes de calcul micro foncier et réel du revenu imposable n’ont pas changées une seule fois. Je ne peux en dire autant du taux d’imposition des revenus fonciers.

Pour rappel, la formule de calcul de l’impôt foncier est la suivante :

Impôt foncier = revenu foncier imposable x taux d’imposition des revenus fonciers

Si l’État veut augmenter ses recettes fiscales sur l’immobilier, il a donc deux choix : changer le taux d’imposition sur les revenus locatifs ou modifier la méthode de calcul du revenu imposable.

Au cours des dernières années, seul le taux d’imposition des revenus fonciers a changé. Dans certains pays, le taux d’imposition des revenus immobiliers est fixe, c’est le même pour tout le monde. En France, nous avons deux impôts sur les revenus locatifs : l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux.

Calcul des prélèvements sociaux ou CSG sur les revenus fonciers

Depuis 2012, le taux d’imposition via les prélèvements sociaux est passé de 15,5 % à 17,2 %. Les prélèvements sociaux sont aussi appelés CSG et CRDS. La Contribution Sociale Généralisée et la Contribution au Remboursement de la Dette Sociale sont des impôts qui visent à financer la protection sociale française. Sans rentrer dans les détails, les prélèvements sociaux viennent taxer aussi bien l’immobilier que les revenus des actifs et des retraités, mais aussi ceux issus des produits financiers.

Pour calculer le montant des prélèvements sociaux sur les revenus fonciers, on applique le taux d’imposition de 17,2 % sur les revenus imposables.

Imposition sur les prélèvements sociaux = revenu foncier imposable x taux d’imposition CSG CRDS (17,2%).

Dans notre exemple, le revenu foncier imposable est de 5400 €. Il faut donc multiplier 5400 € par 17,2 % pour calculer le montant des prélèvements sociaux à verser aux services fiscaux : 5400 x 17,2 % = 929 €.

Calcul de l’impôt sur le revenu dans le cadre des revenus fonciers

Pour connaître le taux d’imposition sur les revenus fonciers, il faut ajouter l’impôt sur le revenu aux prélèvements sociaux. Le taux fixe de l’impôt sur le revenu n’est pas fixe. C’est un taux variable qui augmente avec les revenus du contribuable. En clair, plus tu gagnes d’argent et plus tu paieras d’impôts. C’est une méthode de calcul plus compliquée que celle d’un taux fixe mais qui permet une contribution plus importante des plus fortunés.

Comment fonctionne l’impôt sur le revenu pour le foncier ?

L’impôt sur le revenu est extrêmement complexe. Je vais donc simplifier. Tu peux gagner de l’argent de sept manières différentes. Il y a bien sûr les revenus du travail : les salaires et les pensions de retraites.  Mais tout le monde n’est pas salarié, alors l’État a créé des règles de calcul propres à certaines catégories : il y a les Bénéfices Industriels et Commerciaux pour les commerçants, les Bénéfices Agricoles pour les agriculteurs, les Bénéfices Non Commerciaux pour les professions libérales…. A chaque catégorie ses règles de calculs.

L’immobilier génère aussi des revenus. On appelle cela les revenus du capital. La catégorie la plus proche de l’immobilier est celle des Revenus de Capitaux Mobiliers. Ce sont les revenus des placements boursiers, qui sont aussi des revenus du capital. On les oppose avec les revenus du travail.

Bref, chaque foyer aura des revenus d’une ou plusieurs catégories. Personnellement, j’ai des revenus salariés, des revenus en BIC, des revenus immobiliers et des revenus de capitaux mobiliers.

Dans chaque catégorie, on calcule le revenu imposable. Je t’ai expliqué plus haut comment calculer le revenu imposable pour les revenus de l’immobilier. Une fois ce calcul effectué, on additionne l’ensemble des revenus de chaque catégorie pour obtenir les revenus du ménage. Quelques calculs savants sont appliqués et tu obtiens ton taux marginal d’imposition sur le revenu.

C’est ce taux qui sera appliqué à tous tes futurs investissements immobiliers.

Barème progressif applicable aux revenus de 2020

Tranches Taux d’imposition de l’impôt sur le revenu
Jusqu’à 10 064 € 0 %
De 10 065 € à  25 659 € 11 %
De 25 660 € à 73 369 € 30 %
De 73 370 € à 157 806 € 41 %
Plus de 157 807 € 45 %

Par exemple, une personne célibataire sans enfant gagne 30000 €. Elle achète l’appartement de notre exemple et déclare 5400 € de revenu foncier imposable. Quel est son taux d’imposition sur ce revenu locatif ?

Avec 30000 € de revenu, ce contribuable est dans la tranche marginale d’imposition à 30 %. Les 5400 € de revenu foncier imposable sont taxés à 30 %, soit 5400 x 30 % = 1620 € auxquels s’ajoutent les 929 € d’imposition de CSG.

La formule de calcul des revenus fonciers est donc :

Impôt des revenus locatifs = revenus imposables x (CSG-CRDS + Tranche Marginale Impôt sur le revenu).

Autrement dit, on peut calculer rapidement l’ensemble des impôts sur le revenu immobilier imposable ainsi : 5400 € x (17,2% + 30 %) = 5400 x 47,2 % = 2549 €. Le taux d’imposition sur les revenus fonciers pour cet investisseur est de 47,2 %

Taux d’imposition sur le revenu foncier en 2020, incluant la CSG-CRDS

Tranches Taux d’imposition sur les revenus fonciers
Jusqu’à 10 064 € 17,2 %
De 10 065 € à  25 659 € 28,2 %
De 25 660 € à 73 369 € 47,2 %
De 73 370 € à 157 806 € 58,2 %
Plus de 157 807 € 62,2 %
Voici comment se fonctionnent les tranches marginales d’imposition de l’impôt sur le revenu :
Impot sur le revenu : comment le calculer ? Sauter une tranche, est-ce grave ?

Plus l’investisseur gagne d’argent par ailleurs, plus le taux d’imposition sur ses revenus locatifs augmente. Il est à noter que ce n’est plus le cas pour les revenus des capitaux mobiliers. Depuis 2017, le taux d’imposition a été « plafonné » à 30 % pour les revenus des actions et des obligations.

La différence notable est que le taux d’impôt sur les revenus immobiliers s’appliquent sur un revenu imposable alors que les 30 % de la flat tax s’applique sans aucun abattement.

Les différents régimes fiscaux immobiliers

Le calcul de l’impôt sur les revenus fonciers n’est pas l’unique régime fiscal possible pour investir dans l’immobilier. Tout ce que j’ai détaillé ci-dessus concerne les locations nues, c’est à dire non meublées. On compte dans les locations nues les locations de parking et garages, de locaux industriels et commerciaux, d’appartements et maisons non meublées, des terrains…

Tu as compris qu’il existe donc un second régime pour calculer l’impôt sur les revenus fonciers issus des locations meublées. Le calcul de l’impôt des locations meublées est soumis aux règles de la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux. La location meublée est considérée comme une activité professionnelle et non comme un revenu du capital.

Eh oui, gérer des locations meublées longue ou courte durée demande beaucoup plus de travail à l’investisseur. Le turnover est plus important, l’entretien aussi. En conséquence, tu ne peux pas appliquer les règles que j’ai citées dans cet article pour calculer le montant de ton impôt foncier si tu loues des appartements meublés.

Le troisième régime fiscal pour investir dans l’immobilier est celui de l’impôt sur les sociétés. Comme son nom l’indique, il n’est plus question d’imposition des particuliers. C’est un régime complètement à part et bien plus compliqué et coûteux que le régime des revenus fonciers des particuliers.

J’utilise l’imposition des sociétés pour une partie de mes investissements immobiliers. C’est un moyen de diversifier ma fiscalité. Personne ne sait comment la fiscalité des particuliers et des entreprises va évoluer dans 10, 20 ou 30 ans. Dans le passé, quand la fiscalité des particuliers a augmenté, celle des entreprises a baissé. Cela permet de récupérer ce que l’investisseur a perdu d’un côté.

Réaliser une simulation d’impôt sur les revenus fonciers

Maintenant que tu connais les méthodes de calcul pour l’imposition des revenus fonciers, tu sais que ce n’est pas sorcier. Tu as fait un grand pas dans ta carrière d’investisseur. Calculer les impôts sur tes futurs revenus immobiliers donnera de la confiance à ta banque et permettra de te protéger du cash squeeze.

Je conseille toujours de simuler l’imposition des revenus fonciers sur 20 ou 30 ans. En effet, il est très rare d’acheter et de revendre un bien immobilier au bout de 2, 3, 5 ou 6  ans. La plupart des investisseurs garderont leur bien immobilier pendant plus d’une décennie.

Au cours de la première décennie et de la suivante, beaucoup de choses vont se produire. Il y aura des travaux, des baisses de loyer, des augmentations de loyer, des naissances d’enfant, des changements fiscaux, des remboursements de prêts. C’est pour toutes ces raisons que tu dois simuler l’impôt sur le revenu foncier sur une longue durée.

Grâce à un simulateur de revenu foncier, tu peux savoir combien d’impôt tu paieras dans un an, dans trois ans, dans dix ans. C’est la certitude de ne pas te mettre dans une situation financière tendue ou désastreuse à cause un manque de calcul ou d’anticipation. C’est la garantie que ton investissement immobilier est bel et bien rentable sur la durée.

Un bon simulateur de revenu foncier permet aussi de prendre en compte la fiscalité des plus-values immobilières. Calculer l’impôt foncier sur les loyers n’est qu’une partie du boulot de l’investisseur. Il faut aussi prévoir les impôts lors de la revente du bien immobilier.

Créer une simulation de l'impot sur le revenu foncier

Une simulation des revenus fonciers est aussi une aide puissante pour convaincre ta banque de la pertinence de ton projet. Tu dois être confiant dans ton investissement et les simulations de revenus locatifs. Mais tu dois aussi prouver que tu maîtrises ton sujet en communiquant correctement les revenus locatifs à ton banquier.

J’ai créé trois simulateurs pour calculer les revenus fonciers. La première version de RentaGarage date de 2012. RentaGarage simule les revenus fonciers sur la première année. Il compare les méthodes de calcul du micro foncier et du réel pour réduire tes impôts fonciers au minimum la première année. Tu peux télécharger ce simulateur de revenu locatif ici.

Quand j’ai dû obtenir mon premier immobilier, j’ai vite vu la limite de ce simulateur. Les banques ont besoin d’un prévisionnel sérieux. La simulation des revenus fonciers, du remboursement de l’emprunt et du paiement des impôts doit au moins s’aligner sur la durée du prêt. La banque veut s’assurer que tu as conscience des enjeux financiers de ton investissement. Elle veut être certaine que tu feras face aussi bien aux mensualités qu’aux impôts fonciers.

C’est dans cette optique que le simulateur d’impôt foncier et de rendement immobilier RentaGarage 1 est devenu RentaGarage 2. Le simulateur est bien plus puissant et dispose de nombreuses options pour s’adapter à tous les projets immobiliers en location nue. Ce n’est pas un simulateur pour des locations meublées.

Enfin, quand je me suis intéressé au calcul de l’impôt sur les sociétés, il a bien fallu le comparer avec le calcul des revenus locatifs des particuliers. C’est ainsi que j’ai développé RentaSCI. RentaSCI est un simulateur qui compare l’imposition des revenus fonciers avec l’imposition des revenus immobiliers sous forme d’entreprise.

Créer une SCI, une SAS ou une SARL pour investir dans l’immobilier n’est pas anodin. Ce sont des outils puissants à double tranchant. Avant de m’engager dans cette fiscalité, j’avais besoin d’être rassuré. C’est pour cela que j’ai créé ce simulateur pour calculer l’imposition des revenus locatifs en société.

Quelle optimisation fiscale pour un investissement immobilier locatif ?

Comment ne pas payer d’impôt sur les revenus locatifs ? C’est une question que chaque investisseur immobilier s’est posée un jour. Qui n’aimerait pas réduire ou annuler son imposition sur les revenus locatifs ? La rentabilité de nos investissements n’en serait que meilleure.

Le choix du calcul du revenu foncier imposable est une première optimisation fiscale. Plus ton revenu foncier imposable est faible et moins tu paieras d’impôts. Avoir un revenu foncier imposable nul ou négatif est la meilleure méthode pour ne pas payer d’impôt sur les revenus locatifs.

Un simulateur de revenus fonciers comme RentaGarage 2 te permettra de choisir entre la méthode de calcul du micro foncier et du régime réel pour économiser le maximum d’impôt foncier. Une erreur peut vite coûter quelques centaines d’euros par an sans que l’investisseur s’en rende compte.

La seconde optimisation fiscale pour l’immobilier locatif est de profiter au maximum du régime réel. Nous avons à peine abordé ce sujet. Tu sais que certaines charges, certains travaux sont déductibles des revenus locatifs. D’autres ne le sont pas. En connaissant les règles fiscales du régime réel, tu pourras choisir les biens immobiliers qui permettent de déduire un maximum de charges pour ne pas payer d’impôt sur les revenus locatifs.

Attention, ne pas payer d’impôt sur l’investissement locatif est assez rare. Cela ne dure que quelques années en général. Un investissement immobilier qui n’alourdit jamais l’imposition est un mauvais investissement. Cela veut dire qu’il ne rapporte pas d’argent ! Pour rappel, seuls les bénéfices sont taxés en France. Quand tu ne gagnes pas d’argent, tu ne paies pas d’impôts !

Je suis donc partisan d’optimiser la fiscalité immobilière mais je suis content de payer des impôts sur mes revenus locatifs. Cela signifie que je gagne de l’argent ;-).

Une autre optimisation fiscale dans l’immobilier consiste à choisir le régime fiscal adapté. Entre les revenus fonciers, les bénéfices industriels et commerciaux et l’impôt des sociétés, le choix entre ces trois régimes demande de faire des simulations sur les revenus locatifs. Quand on sait que l’impôt est la plus lourde dépense dans l’immobilier locatif, autant faire le bon choix. Dans l’idéal, l’investisseur devrait utiliser chacun des trois régimes fiscaux pour diversifier le risque fiscal. Personne n’est à l’abri d’un changement de loi.

Si tu veux optimiser fiscalement tes investissement locatifs, je te conseille de te former à mes côtés. J’ai étudié le sujet en profondeur pour gagner quelques milliers d’euros d’impôts chaque année. La fiscalité immobilière est complexe et tant mieux. Qui dit système complexe dit des règles d’exonération et des possibilités d’optimisations fiscales.

La formation Réussir ses optimisations fiscales est présentée ici. Comme la période pour déclarer tes revenus fonciers arrive bientôt, je te propose une réduction exceptionnelle pendant quelques jours.

Voici d’autres articles pour approfondir le sujet

Comment calculer son impôt sur les revenus fonciers en 2020 ?
Fiscalité et location de garage : le régime réel
Fiscalité location parking : l’abattement micro foncier

Julien Bedouet - propriétaire de 230 garages

A propos de Julien Bedouet - propriétaire de 230 garages

Investisseur spécialisé dans les parkings et garages, Julien est propriétaire de 230 garages dans l'ouest de la France. Il partage son expertise sur ce site internet depuis 2013. Il est aussi auteur du bestseller Réussir son investissement dans les parkings et les garages. Les médias l'invite régulièrement pour parler des parkings.

Abonne-toi pour ne rater aucune actu ! Youtube de Julien Bedouet

4 réflexions au sujet de “Comment calculer son impôt sur les revenus fonciers en 2020 ?”

  1. Bonsoir Julien,
    Merci pour cet article très clair et très complet ! Juste pour être sûre… tout ça, c’est bien dans le contexte achat en nom propre / imposition à l’IR ou SCI à l’IR (par opposition à la SCI à l’IS par exemple) ?

    Répondre

Laisser un commentaire