Dis moi dans les commentaires ce que tu penses de cette réforme.

Es-tu ou seras-tu concerné ?

    6 replies to "L’Impôt sur la Fortune Immobilière remplace l’ISF : à qui cela profite ? (réforme fiscale 2018)"

    • Françoise Kinsella

      Je suis retraitée, j’ai acquis de l’immobilier au cours de ma vie grâce à une gestion rigoureuse des revenus familiaux et bien des sacrifices et j’ai reçu quelques biens que mes parents m’ont transmis par succession. Je payais l’ISF car appartement à Paris et je vais devoir payer de la même manière l’IFI, Donc, aucun changement, aucun avantage pour moi, que des désavantages, comme l’augmentation de la CSG sur ma retraite qui est plutôt modeste et l’augmentation continuelle de tous les frais et impôts sur les biens immobiliers. Un retraité, à moins d’être dans les « premiers de cordée », selon l’expression de Mr. Macron, ne se risque pas en Bourse ni dans l’économie, nous avons déjà suffisamment perdu en 2008. Désolée de dire qu’être propriétaire ne rapporte plus rien, que des soucis.

      • Julien

        Bonjour Françoise,

        merci pour ton retour d’expérience.

    • Marjorie

      Je n’ai pas bien saisi la différence, à vrai dire. Pour moi, c’est juste changer le nom d’un impôt (ou le déplacer sous un autre nom)…
      Si j’ai bien compris, imaginons que j’aie un patrimoine immo de 800 000 €, je devrai déjà payer 4000 € par an pour l’IFI !

      • Julien

        Bonjour,

        non, ce n’est pas la même chose.

        Avant, si ton patrimoine global (immobilier + financier) était égal à 1300000 €, tu étais assujetti à l’ISF.

        Aujourd’hui, si ton patrimoine immobilier est égal à 1300000 €, tu étais assujetti à l’IFI. Cela veut dire que si tu as 2000000 € de patrimoine dont 1000000 € d’immobilier, tu ne paies rien.

    • Jerome

      Salut Julien

      Une fois n’est pas coutume, je ne suis pas d’accord avec ton analyse. Ton ton est beaucoup trop neutre, pas assez critiques à l’égard des stupidités dont les chaines dites d’info nous abreuvent. La vraie raison de cette cabale sur l’immobilier, est qu’un IMMEUBLE est IMMOBILE, on peut donc taper dessus (fiscalement) quasiment à volonté. Ajoute à ceci la hausse de la CSG qui augmente de plus de 10% (15.5 à 17 ca fait une grosse augmentation) et ca donne une belle vue d’ensemble.

      Je rappelle que notre président élu par défaut vient du milieu bancaire. Il y a donc une foule de personnes à remercier, dont notre président n’est que le servile vassal.

      La fable selon laquelle l’immobilier ne crée pas ou peu de valeur est également une foutaise bêlée par les médias en boucle. L’immobilier, notamment du fait des dépenses d’entretien et d’amélioration est un moteur pour des emplois NON DELOCALISABLES, c’est à dire des artisans locaux, qui paient de la TVA, des cotisations sociales, des impôts, des taxes diverses et (extrêmement) variées.

      Il est intéressant ici de se poser la question du délit d’initié. Je m’explique; si j’ai la possibilité de modifier les lois, notamment de finance, que je n’ai pas ou peu d’immobilier, ces mesures pourraient créer une baisse des prix, ce qui me permettrait de me gaver à bon compte. Il ne s’agit que d’une pure fiction. Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.

      Dernier point: investir en bourse relance l’économie. Limitons nous à l’économie réelle. Combien des milliards imprimés par les banques centrales ces dernières années sont ils passés dans l’économie dite réelle? Si tel était le cas, nous serions au courant. Dernière foutaise, investir en bourse (tous azimuts) crée de la valeur et de la croissance. A cette affirmation, je pose une question: combien va être investi dans des entreprises du type PME françaises, high tech national etc, qui créent effectivement de la croissance et de l’avenir et combien va se retrouver à gonfler artificiellement le cours de boites comme Starbucks, cocacola, la coopérative qui vend des pommes avec un coin bouffé etc. Une pointure en économie comme Macron, s’il souhaitait effectivement faire investir les Français dans LEUR avenir, n’aurait certainement pas dû encourager ce type de placements sans discernement.

      J’ai été un peu long, mon clavier porte les stigmates de la rage avec laquelle ce post a été tapé et je me réjouis de vos réponses qui ne manqueront pas d’éclairer la lanterne d’une personne qui a tout simplement du mal à comprendre les justifications passées en boucle pour cette loi de finance qui ne font que bourrer le moû des con-tribuables

      • Julien

        Bonjour Jérôme,

        Je souhaite rester neutre car je ne fais pas de politique 😉

        Bien évidemment, on peut pousser l’analyse plus loin comme tu le fais et comme je le fais à titre perso. Malgré tout, je ne vais pas rentrer dans des considérations politiques.

        Pour les investissements boursiers, j’ai du mal à investir dans ce secteur notamment parce que je partage en partie ton point de vue sur la création de valeur fictive (spéculation) qui gonfle les cours).

Comments are closed.