Où investir en 2018 ? + bilan 2017

L’heure est venue de prendre du recul avec toi sur l’année passée et celle à venir. Tu découvriras mes projets d’investissement pour 2018 et ce qui a fonctionné (ou non) en 2017. Où peux-tu investir en 2018 ? Dans les parkings bien sûr, mais comme le marché a changé, il faut s’y adapter.

Avant de parler d’avenir, j’aime bien revenir sur l’année écoulée. Quand je lance un projet de formation, de vidéos, de sport, d’investissement, je fais très souvent un débriefing. Il n’est pas programmé, il vient quand j’en ressens le besoin. Et toi, prends-tu le temps de réfléchir à ce que tu as fait et aux résultats obtenus ?

Attention à cette question ! Elle comprend deux parties qu’il ne faut pas confondre (au risque de te morfondre !). Tu peux avoir beaucoup travaillé, t’être formé et mis le maximum d’énergie dans tes projets sans pour autant avoir les résultats escomptés. L’effort, la performance sont différents du résultat.

Imagine un sportif de haut niveau. Dans une compétition, il peut battre son record personnel sans gagner la course. Les autres sportifs ont été meilleurs, mais la performance a été magnifique. Le résultat n’est pas au rendez-vous mais il faut se féliciter des progrès.

2017 : un investissement trop lourd

Comme tu le sais, j’ai investi beaucoup investi en formation cette année. En 2018, je serai probablement diplômé et apte à exercer le métier de conseiller en gestion de patrimoine (CGP). J’y ai consacré entre 3 et 4 mois à temps plein en 2017. Cela m’a beaucoup coûté alors que le résultat ne sera pas à la hauteur de mes attentes.

La fac a absorbé beaucoup de mon énergie et de mon attention. J’ai des projets plein la tête pour t’aider à investir dans les parkings. Je n’ai pas pu les mettre en œuvre faute de temps. J’étais « le cul entre deux chaises ». D’où une (re) concentration sur l’investissement dans les parkings en 2018.

Les parkings me font vibrer. J’adore ça. Je suis toujours content de voir mes locataires, de partir en visite, de discuter avec mes élèves… C’est une corde sensible qui résonne en moi. A contrario, la gestion de fortune m’indiffère. J’ai eu l’occasion d’aider un ou deux clients dans ce domaine cette année. Ce fût un super complément à la formation théorique.

Avec le diplôme en poche, je pensais offrir mes services de conseil à certains clients. Ce plan n’a pas résisté face à la réalité du métier de CGP. Il est hors de question que j’exerce deux métiers en parallèle. Le métier de CGP est trop juridique pour moi. Je ne suis pas en phase avec les solutions de placement proposées par les banques et les assureurs. Pourquoi est-ce que j’irai conseiller des investissements que je ne fais pas moi-même ? Est-ce que tu me ferais confiance ? Je ne pense pas…

Il y a des résultats positifs suite à la formation. D’une part, je suis meilleur investisseur et tu vas donc en bénéficier. D’autre part, je vais utiliser les outils du gestionnaire de patrimoine pour mon compte. Par exemple, je ne connaissais pas l’assurance-vie, ni les régimes matrimoniaux. Je vais les utiliser dès 2018.

Comme un oiseau en cage

Un oiseau libre ne connaît pas de frontière. Il est libre de son temps, de son déplacement, de ses choix… Je n’ai pas été cet oiseau en 2017. Contraint par la formation, je n’ai pris que cinq semaines de vacances au lieu d’une dizaine.

Pour avancer sur les projets de parkinggarage, j’ai travaillé quatre mois avec Bastien. Un stagiaire ou un salarié abat beaucoup de travail mais c’est aussi au détriment de ma liberté. Grâce à Bastien, plusieurs formations ont vu le jour : la version 2 de RentaSCI, ma famille protégée, la mise à jour de Parking Booster, le pro de la copro, la fiscalité allégée, les mystères du notaire…

L’activité de formation en ligne a stagné cette année alors qu’elle avait doublé en 2016. On ne peut pas être à la fois au four et au moulin.

Deux bébés

2017 a été riche sur un plan plus personnel. Ma femme est tombée enceinte au mois d’avril. C’est une aventure spéciale que nous avons vécu avec plaisir. La période de gestation me semble être un moment de quiétude, de préparation, de réflexion et de ralentissement. J’ai hâte de rencontrer mon fils début janvier. Je croise les doigts pour qu’il laisse son papa réviser les examens avant de venir lui dire bonjour.

Cet été, nous avons accueilli Nérée chez nous. Ce petit chien guide d’aveugle a mis de l’animation dans la maison. Apprendre à le dresser est très intéressant. J’adore sa compagnie dans le bureau, pendant les balades et à la fac. Elle a aussi provoqué de belles rencontres avec des personnes malvoyantes et d’autres membres de l’association.

Au final, ces deux bébés ont accaparé plusieurs semaines de mon temps. Mais pour eux, je dirai que quand on aime, on ne compte pas !

Fait-il toujours bon investir dans les parkings en 2018 ?

Eh bien oui, c’est toujours mon investissement préféré. Rien à voir avec l’immeuble de rapport. Je suis assez mitigé sur cet investissement. La gestion des locataires est le gros point noir. C’est tout à fait personnel et je pense que certains investisseurs sont plus faits pour les immeubles. Je ne parle même pas du rendement qui s’effrite à la moindre réparation.

Je m’éclate avec les locataires de garages. On se voit au début de la location et à la fin. Il y a quelques échanges téléphoniques et des rencontres fortuites devant les garages. Cela me convient très bien. En 2017, j’ai investi dans un petit lot de quatre garages à vingt kilomètres d’Angers. Ce sont 2000 € de loyers supplémentaires par an. Ce n’est pas énorme, mais je les prends avec plaisir.

Je n’ai toujours pas franchi la barre symbolique des 100 garages. C’est un objectif que je poursuis depuis 3 ans maintenant. Rester sur un objectif de 100 garages quand on est propriétaire de 99 garages n’est pas motivant. En 2018, je fixe la barre plus haut avec 150 garages et un minimum de 150 000 € investis.

J’ai raté trois lots d’une vingtaine de parkings en août, octobre et décembre 2017. J’ai tiré les leçons de ces échecs et musclé mon jeu. Les premiers résultats sont au rendez-vous. Je ne veux pas te donner publiquement les détails. Je les réserve pour quelques élèves.

Avant l’été, j’ai l’ambition de mettre à jour la méthode RUSE que les élèves de Parking le bon créneau utilisent pour sélectionner les meilleurs parkings. Elle est efficace puisque je l’utilise encore, mais je suis certain que pour toi, je peux construire quelque chose de meilleur avec cette base de travail. Un groupe d’investisseur sera constitué pour m’aider dans cette mission. Les fruits de notre travail seront disponibles au sein d’une nouvelle formation.

En attendant, tu peux aussi liker la page facebook. Je suis en train de préparer un best of des articles et vidéos du blog. A cela s’ajoutera une centaine de citations inspirantes que tu pourras lire sur le mur facebook chaque jour.

Envie de rencontres en 2018

La première rencontre de l’année sera mon fils. J’ai bien l’intention de m’y consacrer et de prendre du bon temps en famille jusqu’à fin mars. A cette période, il y a le baptême de mon neveu. Ce sera l’occasion de passer les premières vacances à trois. Je ne travaillerai plus les vendredis après-midi pour m’occuper de lui. Pendant les vacances de sa nounou, il y a de grandes chances pour que ses grands-parents ou moi nous en occupions.

J’ai beaucoup apprécié le déjeuner rencontre avec les élèves de la formation Parking Booster. Cela m’a rappelé les séminaires de Parking le bon Créneau. Les élèves ont été ravis de ce moment d’échange et moi aussi. J’ai bien envie de renouveler l’expérience plusieurs fois cette année à Paris comme en province. Si tu réponds présent, je pourrais facilement organiser des réseaux régionaux.

En résumé

2018 s’annonce comme une année de retour aux sources. Je me recentre sur les parkings et les garages. C’est ma passion, mon patrimoine, mon business. Comme tu le vois, mes objectifs sont extrêmement limités et c’est fait exprès.

Je veux investir au moins 150000 € dans les parkings, sortir la refonte de la méthode RUSE, rencontrer quelques dizaines d’élèves. Sur un plan plus personnel, je veux être présent pour mon fils, profiter à nouveau de ma liberté pour passer du temps en famille, en cuisine et sur les cours de tennis.

Trois mots pour finir : simplicité, efficacité et concentration.

Et toi, prends-tu le temps de réfléchir à ce que tu as fait et aux résultats obtenus ?

Leave A Response

* Denotes Required Field